Beehelp - les savoir-faire partagés

Un projet porté par BEEHELP

Impacts (en savoir plus) : conditions de travail, développement économique et de l’emploi, résilience économique locale

/ Retour sur investissement /

0 % du chiffre d'affaires de ce projet pendant 5 ans.
Soit un total de 0(brut) selon les prévisions du porteur de projet :
Année
0 €
1
0 €
2
0 €
3
0 €
4
0 €
5
Retour sur investissement visé :
+ ... % de votre investissement initial en 5 ans
(soit x... votre investissement initial en 5 ans)
Risque de perte intégrale de l'investissement. Retour sur investissement maximum : x3.
* Imposition : Prélèvement Forfaitaire Unique (flat tax) de 30% sur le bénéfice réalisé.

/ Présentation /

project

Pitch

Le projet Beehelp vise à créer et à exploiter une communauté large de professionnels issus de multiples métiers. De telles plate-formes existent déjà pour les développeurs informatiques,  il s’agit de StackOverflow ou Github. Si un programmateur rencontre une difficulté il peut solliciter la communauté pour la résoudre. Le système est très efficace, mais il n’existe que pour eux. L’ambition de Beehelp est de l’étendre à un maximum de métiers.

Dans les tous premiers jours de septembre Beehelp a réalisé son premier succès. La start-up a réussi à convaincre la gouvernance du pôle Neopolia d’adopter son appli.

Il s’agit d’une réussite majeure car le réseau Neopolia regroupe 230 entreprises industrielles, majoritairement des grosses PME et ETI, parmi les plus connues du bassin Nantes Saint-Nazaire. On compte parmi elles : Les Chantiers de l’Atlantique, Eiffage Energie Système, Gestal, Idea etc… Ce sont ainsi les dirigeants de toutes ces sociétés, représentant 33 000 salariés, qui utiliseront la solution Beehelp au quotidien. De quoi les convaincre d’adopter Beehelp dans leur propre entreprise ? En tout état de cause, il s’agit d’un client prestigieux et particulièrement stratégique car situé à la confluence des prospects prioritaires de Beehelp.

LA PROBLEMATIQUE

Les difficultés rencontrées dans le cadre de l’activité professionnelle sont quasi quotidiennes. Elles peuvent être de tous ordres : process de production, RH, santé et sécurité au travail…. Faute de pouvoir être résolues de façon simple et pragmatique, elles deviennent des dysfonctionnements et causes de frictions avec les autres fonctions. Les process perdent en fluidité, les délais s’allongent et assez souvent l’entreprise doit avoir recours à un prestataire extérieur aux tarifs parfois prohibitifs. Autres conséquences :  face à une problématique non résolue à la racine, les collaborateurs sont susceptibles d’éprouver un sentiment de dévalorisation vis-à-vis de leurs propres compétences. Cet état de fait concourt à un sentiment d’inutilité. En France 40% des collaborateurs disent manquer de motivation (Baromètre Ipsos Edenred- 2019)

Or, il apparait que ces problématiques sont récurrentes. L’immense majorité ont déjà été résolues par d’autres professionnels. Simplement, le fonctionnement étanche des PME ou des équipes de travail dans les ETI et/ou grands groupes ne permettent pas d’avoir accès à ces solutions. D’où des gâchis de temps, d’énergie et d’argent considérables.

C’est précisément là l’apport et l’ambition de Beehelp : créer une communauté de 440 000 professionnels d’ici 5 ans permettant des réponses simples et pragmatiques par la communauté à toutes les problématiques de la vie quotidienne au travail.

BeeHelp se définit donc comme un dispositif d’intelligence collective fondé sur l’expérience métier des utilisateurs permettant une meilleure fluidité des pratiques professionnelles quotidiennes.

De façon extrêmement simple et intuitive Beehelp permet ainsi, pour toute une gamme de process de :

  • Poser ses questions sur ses propres difficultés
  • Proposer ses idées
  • Partager ses bonnes pratiques

Beehelp permet aussi aux entreprises de :

  • Constituer des groupes internes fermés pour partager les bonnes pratiques et résoudre les difficultés
  • Faire appel à la communauté pour résoudre des problématiques urgentes ou recruter

Enfin Beehelp souhaite initier la création d’un réseau de clubs professionnels dans les villes de plus de 20 000 habitants. Les animateurs seront recrutés parmi les membres de la communauté. Ils seront formés et recevront une gratification.

LA PLATEFORME BEEHELP

 

La page de profil 

  

La page de création d’une problématique


 

La page d’un groupe

 

Et beaucoup d’autres fonctions à découvrir… 

LES CHIFFRES CLES

 

LA LEVÉE DE FONDS

La communauté Beehelp, par certains côtés, s’apparente à un métabolisme vivant. Elle nait, croît et se développe. Pour l’équipe fondatrice elle constitue le vivier, l’instrument de travail et aussi la ressource d’exploitation de BeeHelp. Son émergence doit donc être considérée comme un investissement. La levée de fonds lui est dédiée. 

L’émergence de la communauté demeure le challenge le plus immédiat de l’équipe fondatrice de BeeHelp. Pour reprendre une métaphore botanique, si elle réussit, la communauté s’épanouira et deviendra riche de fruits (numériques).  L’objectif en un an est, donc, d’agréger les 40 000 membres. Il s’agit d’un seuil critique au-delà duquel une communauté web est susceptible d’être exploitée. 

C’est dans ce contexte que la levée de fonds prend tout son sens. Elle est importante : 400 k€, le challenge n’en est que plus beau.

  • Comme toute culture, la communauté doit s’ancrer au cœur d’un terreau, celui-ci se compose d’une perpétuelle évolution de la plate-forme informatique support. Il se compose aussi de matériel informatique dédié ainsi que de frais de structure.
  • L’étape de la germination est cruciale : la plante sort de terre, il s’agit de ses premiers moments de vie. En ce qui concerne la communauté Beehelp, il s’agira des premiers membres actifs. Ils impulseront les premières questions et partageront les premières bonnes pratiques. La réussite de cette étape clé résidera essentiellement dans le talent du Community Manager : outre son investissement personnel sur les réseaux sociaux, il disposera d’un budget publicitaire de 100 000 € et  distribuera le premiers incentives pour un montant global de 10 000 €
  • Enfin la mobilisation des ETI et grands groupes parachèvera en fertilisant cette émergence. En effet, les « gros bataillons » de salariés qu’ils mobilisent comme utilisateurs peuvent appartenir à deux groupes Beehelp : un groupe fermé, celui de leur entreprise, mais aussi un groupe ouvert, lui aux professionnels grâce à leurs adresses personnelles. Dans ce cadre il pourront échanger et enrichir considérablement de leur expérience et de leurs compétences les débats de la communauté ….qui ne deviendra que plus attractive. Un budget de 45 k€ est prévue pour deux  commerciaux grands comptes. Ils disposeront de 10 k€ afin de cibler précisément les meilleurs prospects.    

 Beehelp souhaite lever 400 k € en royalties

Retour sur investissement

En échange de votre investissement, vous recevez tous les trimestres une part du chiffre d’affaires de BeeHelp pendant 5 ans.
L’ensemble des investisseurs recevra 4% du chiffre d’affaires pour 400 k€ (maximum) investis. Votre part sera proportionnelle à votre investissement.

Structure

BeeHelp est une SARL créée le 04 septembre 2020  au capital social de 1 500 €. Elle est représentée par Jean-Jacques Vivier Gérant majoritaire dans l’entreprise. 

impacts

Impacts positifs

BEEHELP ENTREPRISE A MISSION

 

Ses fondateurs ont souhaité clairement que Beehelp  soit une entreprise à mission, ainsi selon ses statuts :

 « La société BEEHELP se donne la mission de contribuer à développer la solidarité et le bien-être des hommes et des femmes en entreprise ».

Introduit par la loi PACTE de 2019, l’article L210-10 du Code de commerce a institué le statut de société à mission permettant à toute entreprise d’œuvrer à la résolution d’un problème social ou environnemental. L’entreprise place son modèle économique au service de cette mission.

En conformité avec les textes, Beehelp a déclaré sa qualité de société à mission au greffier du Tribunal de Commerce, elle sera contrôlée tous les deux ans sur la conformité de son développement économique avec sa mission par un organisme indépendant.

  • Mieux être au travail. Beehelp donne à chacun la possibilité d’exprimer ses compétences. Le système de like – dislike massif de Beehelp permet de dégager un sentiment consensuel de la communauté des pairs sur le savoir faire du membre actif. La reconnaissance professionnelle n’est donc plus le fait du seul management mais de la communauté des « femmes et des hommes de l’art ». Ce faisant, Beehelp participe à casser les logiques d’infantilisation et de manque de reconnaissance fondées sur le seul sentiment du supérieur hiérarchique. C’est là un contrepoids à la logique « petit chef », dont les conséquences actuelles sont importantes : 6% des salariés se sentent impliqués en France, contre 15% en Europe et 55% aux États-Unis. Elle permettra, à terme, de contribuer à fonder un nouveau type de validation des acquis de l’expérience. En cela BeeHelp a clairement une vocation d’impact sur le mieux-être au travail. 

Au delà de sa mission initiale Beehelp entraîne deux autres types d’impacts significatifs :

  • Solidarité entre entreprises : Selon l’OFCE la crise du COVID va entraîner 45 000 faillites menaçant 250 000 emplois. Plus que jamais la solidarité doit être de mise pour limiter les conséquences. La spécificité du modèle  BeeHelp permet une mutualisation des coûts participant de cette solidarité. En effet, la facturation des solutions internes et fermées Grands Groupes /ETI permet la gratuité des discussions ouvertes de la communauté. C’est précisément les PME/TPE les plus en difficulté qui trouveront ainsi, grâce à leurs collaborateurs inscrits sur les fils de discussions ouvertes des conseils simples et pragmatiques à même, parfois de sauver l’entreprise, en tout cas de sauvegarder des emplois. En ce sens, BeeHelp est un outil majeur d’impact : la solidarité directe et indirecte au service de la survie économique et de l’emploi.
  • Transition écologique : Appel des 90 grands patrons, plan de relance européen, nouvelles consciences citoyennes…Le monde de l’après COVID sera nécessairement celui de la transition écologique, les chefs d’entreprise n’y échapperont pas et, d’ailleurs, beaucoup d’entre eux la souhaite. Mais au-delà de la rénovation thermique des bâtiments ou la gestion de la flotte des véhicules, la transition énergétique est l’affaire de tous. Elle implique des millions de gestes quotidiens au cœur des entreprises.  Le champ est vaste et encore largement inexploré; les bonnes pratiques vont se multiplier… Beehelp est l’outil idéal et sans concurrent pour diffuser toutes ces initiatives et entretenir une dynamique « verte » au cœur de l’économie que les français plébiscitent. En cela l’impact de BeeHelp sur la transition écologique sera indirect mais néanmoins majeur. 

OBJECTIFS CHIFFRES D’IMPACT 

Dans un premier temps, l’impact Beehelp se mesure essentiellement dans sa contribution à l’amélioration du quotidien des salariés :

  •  À partir de 2023, 50 % des bénéfices, c’est à dire le résultat net comptable de Beehelp seront redistribués sous forme d’incentives (places de cinéma, restaurants, vacances…). On peut ainsi tabler sur 271 k€ (50% du Résultat net de 2023) en 2024 et 544 k en 2025 (50% du résultat net de 2024). En tout état de cause à partir de 2023, si le résultat n’était pas encore assez significatif, un minimum de 100 k€ redistribué est prévu. Ces gratifications participent aux loisirs familiaux, si indispensables dans la France de 2020. A partir de 2023, une majorité des membres actifs identifiés TPE/PME recevront un incentive
  • En 2025, 15 % des membres actifs salariés identifiés  TPE – PME  toucheront une gratification issus des Beehelp Challenge d’environ 150 € par an.

Par ailleurs, Beehelp contribuera pleinement à mieux appréhender les risques liés à la santé et sécurité en entreprise. En effet, les interviews et enquêtes préliminaires auprès des salariés réalisées dans le cadre des études de faisabilité  ont prouvé qu’il s’agit là de sujets prioritaires. Les troubles musculo-squelettiques et la prévention des blessures feront l’objet des premières discussions sur le site. Il est ainsi probable qu’au moins 25 % des salariés inscrits sur Beehelp bénéficieront des conseils d’ergonomie et de sécurité (gestes barrières COVID- tenues de sécurité) pour un mieux-être au travail soit 10 000 salariés dès la première année et 110 000 au bout de 5 ans.  En ce qui concerne les risques psycho-sociaux se sont directement ou indirectement la totalité des membres actifs inscrits qui en seront bénéficiaires. Leur activité sur Beehelp leur apportera une meilleure reconnaissance professionnelle, donc d’une diminution importante du stress lié à la mésestime de soit.Soit 440 000 salariés au bout de 5 ans. 

 Dans un second temps, Beehelp s’inscrira dans une logique de nouvelles validations des acquis de l’expérience  par reconnaissance des savoir-faire du membre par l’ensemble de la communauté. Seront susceptible de recevoir une reconnaissance professionnelle par Beehelp : 

  • 2023 : 80 000 membres 
  • 2024 : 125 000 membres 
  • 2025 : 160 000 membres

Enfin les impacts économiques seront aussi quantifiables, 35 embauches sont prévues d’ici 5 ans  : 

Seront embauchés en CDI (voir rubrique « Equipe ») :

  • En 2021 : 9 personnes 
  • En 2022: 3 personnes 
  • En 2023:7 personnes 
  • En 2024: 8 personnes 
  • En 2025 : 8 personnes 
strategy

Stratégie

L’ORIGINE DE LA COMMUNAUTE

Communauté potentielle France : 20 millions d’actifs

 

Potentiellement la communauté peut compter jusqu’à 20 000 000 d’actifs en France,  outre les salariés, les entreprises, toutes personnes qui rencontre une problématique professionnelle peut la partager sur Beehelp. Il peut aussi bien s’agir d’animateurs de cluster, comme d’agents de la fonction publique, de chômeurs qui recherchent des solutions d’employabilité ou encore d’étudiants qui s’interrogent….

Mais plus particulièrement BeeHelp vise:

Les techniciens et agents de maîtrises, notamment ceux de l’industrie manufacturière, occupent des fonctions situées « à l’interface entre conception et exécution, entre cadres et opérateurs, entre entreprises, clients et fournisseurs, une position névralgique qui leur confère un rôle déterminant dans la mise en œuvre des orientations décidées par le management et dans la conduite du changement » (CADET, GUITTON). Ils apparaissent comme le cœur de cible d’intégration à la communauté, et ce, pour 3 raisons :

  • L’utilité des solutions proposées par l’outil : contrairement aux idées préconçues les techniciens agissent très souvent en coordination des autres fonctions et notamment des fonctions de pure production, réservées elles, aux ouvriers. Autrement dit, c’est à eux que revient la charge de régler de façon efficace, rapide et pragmatique les milles et uns petits problèmes qui constituent le quotidien de l’entreprise.  C’est précisément dans ce cadre d’adaptation que la communauté Beehelp va aider à la compréhension mutuelle et en proposant des solutions simples, efficaces et pragmatiques.
  • La valorisation professionnelle :  les techniciens et agents de maîtrise apparaissent comme les grands oubliés des politiques RH. Statistiquement peu de formations professionnelles leurs sont proposées. Et dans la mesure où ils ne maîtrisent pas la science de l’ingénieur, leur progression professionnelle se heurte à des plafonds de verre. Il en ressort frustration et rancœur.  La communauté BeeHelp atténue ces difficultés, car le système de « likes/dislikes » ainsi que les commentaires permettent une meilleure mise en évidence de la capacité professionnelle des membres les plus actifs. 
  • Une plus grande sensibilité aux incentives :  la rémunération nette d’un technicien avant impôt disposant de 3 à 5 ans d’expérience s’établie à 1 694 € net par mois. C’est trop pour bénéficier des droits sociaux, mais souvent pas assez pour bénéficier d’un niveau de vie attendue par la population française. C’est précisément là où les incentives sont susceptibles d’être déterminants. Ils contribuent à offrir ce surcroît de loisirs si nécessaires aux attentes, telles qu’elles s’expriment en 2020.

Les cadres du secteur privé constituent un cœur de cible intéressant dans la mesure où Beehelp  leur permettra des échanges sur les évolutions des pratiques professionnelles. Notamment les évolutions réglementaires ou spécifiquement liées à l’actualité (COVID). Les RH sont ainsi particulièrement concernées notamment en ces temps de pandémie.

Plus impliqués dans la stratégie et la projection vers l’avenir que les techniciens, les cadres ont moins besoin de l’immédiateté et du caractère essentiellement pragmatique des solutions Beehelp, néanmoins la plate-forme sera l’occasion d’échanges entre professionnels pointus dans le cadre de conduite de projets innovants.

Les chefs d’entreprise et indépendants : en complément des divers clubs de chefs d’entreprise (CJD, APM) BeeHelp va, dans les groupes dédiés, leur permettre de contribuer à briser l’isolement du chef d’entreprise ou de l’indépendant et d’échanger entre pairs sur ses problématiques spécifiques.

 

LE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNAUTE

 

  • Marqueur significatif du fait que Beehelp se doit d’être une communauté à la fois, large, ouverte et utile, c’est le bouche-à oreille qui sera le plus gros pourvoyeur d’adhésions sur 5 ans. En effet encouragées par la qualité des discussions et les incentives, ce sont en moyenne 5 nouvelles personnes pour un membres récompensé qui devrait rejoindre la communauté.

  • Au second rang , toujours sur 5 ans, se trouveront les membres venus pour participer aux Beehelp Challenges. De quoi se procurer un complément de revenu, tout en aidant les entreprises.  

  • Une fois la communauté émergée, ses sources de développement entretiennent sa dynamique: les prestations commerciales, Beehelp Entreprises et Beehelp Challenges sont clairement des facteurs moteurs sur les 3 premières années.

  • Enfin la publicité et le SEO, si déterminant en première année, contribuent à l’accroissement de la communauté BeeHelp qui dépassera les 440 000 adhérents (soit presque l’équivalent de Toulouse) d’ici 2025.

  •  

LES CIBLES COMMERCIALES

Les grands comptes/ETI : on compte 257 grandes entreprises en France (Plus de 5 000 salariés) et 5 722 ETI ( de 250 à 4 999 salariés). Pour BeeHelp il s’agit de la cible prioritaire tout du moins pour l’étape d’émergence :

Quand un grand groupe ou une ETI adopte Beehelp, il ou elle s’inscrit dans le cadre de référencement massif de ses collaborateurs sur le site. Les salariés peuvent intégrer plusieurs  groupes, celui,  fermé de l’entreprise, mais aussi, grâce à leur adresse personnelle,  un autre ouvert interentreprises,  l’apport en nouveaux membres de la communauté est considérable. Cette cible est donc déterminante. Elle est la priorité de l’année 2021.

La commercialisation auprès des ETI et grands groupes permet des chiffres d’affaires conséquents nécessaires à la montée en puissance de Beehelp.

Les grandes entreprises s’intéressent depuis quelques années aux réseaux sociaux internes. Selon une étude BDO, fin 2017, 58 % des grandes entreprises françaises en avaient fait l’acquisition et 26 % envisageaient de le faire. Dans ces conditions la question se pose : de quels atouts Beehelp dispose-t-elle pour s’imposer sur ce marché ?

  • D’une part, si la majorité des grandes entreprises ont déjà adopté une telle solution, telle n’est pas le cas de la majorité des ETI dont le taux d’équipement est bien moindre.
  • D’autre part, les salariés ne s’approprient que peu ces solutions (selon l’étude seuls 17 % des salariés utilisent le réseau social proposé par l’entreprise) et ceci pour plusieurs raisons identifiées par une autre étude (de G2crowd), auxquelles Beehelp apporte une réponse pertinente. Ainsi l’ergonomie et la simplicité d’utilisation sont clairement des facteurs différenciants. Les possibilités de mener des politiques d’incentives qui peuvent elles aussi être déployées par les grands groupes et ETI  le sont également. 
  • Enfin Beehelp dispose d’un avantage décisif dans la mesure où la solution permet des possibilités d’interactions entre discussions en mode projet fermé sur le groupe de l’entreprise mais aussi avec la communauté. Plus explicitement, si dans le cadre d’une discussion dans un groupe fermé d’une entreprise, une difficulté, sans réponse, survient, l’entreprise peut solliciter la communauté soit de façon informelle par les groupes de discussion interentreprises, soit de façon beaucoup plus rapide en  lançant un Beehelp Challenge rémunéré. Il s’ensuit un gain de temps, d’argent (évite les dépenses superfétatoires de consultant) et de fluidité des process considérable. Aucune autre solution sur le marché ne propose de telles possibilités.
Les PME et TPE: les 147 000 PME et 3 700 000 TPE, constituent, elles aussi, des cibles commerciales. Elles  seront intéressées par Beehelp  essentiellement pour trois raisons : d’une part, permettre à leurs collaborateurs de s’ouvrir aux bonnes pratiques du métier ainsi que de trouver des solutions. D’autre part, pour  garder la mémoire des bonnes pratiques de l’entreprise vivante. Enfin, pour les prestations, à partir de 2022, de Beehelp Challenges leur permettant des réponses simples et rapides à des coûts défiant toute concurrence à leurs problématiques. Autre avantage : elles ne payent que si les réponses apportées leur  fournissent une vraie valeur ajoutée.
 
Les salariés membres de la communauté Beehelp résidant dans les villes de plus de 20 000 habitants. La France compte 440 villes de plus de 20 000 habitants, autant de lieux suffisamment importants pour implanter un ou plusieurs clubs Beehelp. Beehelp les accompagne et les forme dans cette démarche.
 

LE MODELE ECONOMIQUE

 

Le modèle économique de Beehelp relève de 3 cercles vertueux qui s’auto-entretiennent :

La dynamique d’attractivité de la communauté réside dans l’alchimie de l’animation social média, de la publicité web et des incentives qui contribuent à embellir la vie de ses membres.

Cette attractivité permet le développement de la communauté web Beehelp qui interagit avec la communauté territoriale organisée en clubs. En dynamisant tous ces échanges, ces synergies boostent, elles aussi, l’attractivité de la communauté globale et son potentiel d’exploitation.

Les 3 typologies de services Beehelp reflètent cette dynamique :

  • Beehelp ETI- grands groupes permet la commercialisation de groupes fermés Beehelp que leurs tailles justifient. Néanmoins les salariés ainsi sensibilisés ont la possibilité de participer à des groupes ouverts interentreprises et d’y apporter leur expertise et leur expérience.
  • Beehelp Challenges, permet à toutes les entreprises de solliciter contre rémunération (modeste par rapport aux prix du marché) la communauté pour résoudre un problème urgent. Il peut s’agir d’un problème de recrutement (Beehelp Recrutement) comme d’un problème de méthode (Beehelp Performance) . En ce sens Beehelp contribue à disrupter les fonctions middle market de consultant RH et de consultant méthode.  L’effet volume permet un commissionnement loin d’être négligeable.
  • Enfin Beehelp Clubs territoriaux, transposent  en réel les échanges entre professionnels de la communauté. Ces clubs instituent par capillarité des micro-relais Beehelp au sein des territoires (villes de plus de 20 000 habitants). Ils permettent une incarnation de Beehelp et se faisant, renforcent d’autant plus sa légitimité. Drivés par l’équipe Beehelp, ils sont sources de revenus, contreparties, de cette animation. 

Ces 3 offrent de services contribuent ainsi toutes à la dynamique Beehelp et entretiennent, de fait, le caractère vertueux des 3 cercles.

LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT 

Le développement de Beehelp se structure selon 3 Phases:

  • La première, elle est dédiée à l’émergence de la communauté. Celle-ci doit atteindre les 40 000 membres, seuil où elle deviendra exploitable.  Elle nécessite une première levée de fonds, en royalties de 400 k€ la commercialisation des solutions Beehelp ETI/Grands groupes sera lancée dès cette première phase
  • La seconde entre 2022 et 2023, doit permettre le décollage, le but est  de pérenniser le résultat net positif. Une seconde levée de fonds, cette fois-ci en equities de 300k€ sera initiée. Elle permet de renforcer les capitaux, propres, d’ouvrir des partenariats stratégiques et de lancer deux nouveaux services :
    • Beehelp Challenges
    • Les clubs territoriaux Beehelp
  • La troisième phase doit permettre à Beehelp de devenir un réseau reconnu. L’objectif est l’atteinte d’une communauté qualifiée de 440 000 personnes ainsi qu’un chiffre d’affaires de 8,6 millions €.

 

LES OFFRES

Le modèle économique de Beehelp implique 3 offres de services :

  • Beehelp ETI/Grand groupes : l’entreprise abonne ses salariés à un ou plusieurs groupes spécifiques à l’entreprise sur BeeHelp (possiblement en marque blanche). Elle est tarifée entre 1,5 et 4€  € par mois et par salarié selon le nombre de salariés abonnés. Les temps d’adoption par les salariés peuvent être relativement longs, aussi le Business Model prévoit une démarche d’abonnement de 60  à 80 % des salariés sur 4 à 8 mois. Il s’agit sans conteste, dans les premiers temps de la source de revenus la plus importante. Sa part dans le CA est amenée à décroitre au cours des années.
  • Beehelp Challenge: le principe est très simple : si une entreprise rencontre une problématique, elle peut solliciter la communauté via un process formalisé. Les membres sont informés par alertes, ils peuvent choisir d’y répondre. Si l’entreprise reçoit une ou des réponses satisfaisantes, elle rémunère le ou les membres qui lui a ou ont fourni la solution. Beehelp est commissionné à hauteur de 15 %.

           On compte ainsi deux types de challenges :

    • Beehelp « Recrutement » : comme son nom l’indique il s’agit de solliciter la communauté en vue du recrutement d’un salarié. La qualité des contributeurs du fait du système de notation Beehelp recommandant les candidats est un indicateur précieux pour l’entreprise de la confiance à accorder. Le barème de Beehelp Recrutement est fixé à 100 € HT par candidat effectivement embauché.
    • Beehelp « Performance »: le principe est le même, mais appliqué à toutes les problématiques d’organisation. Le barème pour Beehelp Performance est de 200 € pour toutes solutions pertinentes adoptées par l’entreprise solliciteur.

Les Beehelp Challenge ont ainsi clairement vocation à disrupter une partie de l’activité des cabinets conseils méthodes et recrutement en proposant des solutions pragmatiques à coûts imbattables.

Les systèmes de notation et de réputation (voir d’exclusion) garantissent la communauté contre toutes tentations de ne pas rémunérer des solutions pourtant adoptées par l’entreprise solliciteur. En effet, meilleur celle-ci sera notée plus elle recevra de réponses susceptibles d’être pertinentes. Par ailleurs le système Beehelp Challenge sera une telle source d’économie, de temps et de frais externes de consultants que les entreprises seront amenées à réitérer de plus en plus fréquemment les requêtes. Dans ce cadre elles n’auront aucun intérêt à se montrer déloyales.

Beehelp Clubs territoriaux : dans chaque ville de plus de 20 000 habitants, des membres de la communauté Beehelp peuvent créer des clubs territoriaux. L’objectif est de passer d’une relation numérique à une relation en vie réelle. En effet, la convivialité engendrée  par « une bonne bière » est synonyme d’un surcroit de confiance et d’efficacité. Il s’agit de réunions périodiques traitant de problématiques professionnelles. Les animateurs sont des membres actifs de BeeHelp sélectionnés par l’équipe. Ils  sont formés à l’intelligence collective par le cabinet Sens & Co et reçoivent un dédommagement de 1 000€ par an. Les clubs comptent environ 20 membres. Les entreprises (PME/TPE), dont les salariés sont membres des clubs, sont facturées 200 € HT/salarié/an. Un financement est possible par les OPCO selon leurs propres politiques territoriales. En outre des « animateurs-contrôleurs » collaborateurs de Beehelp assurent la cohésion des clubs, vérifient leur fonctionnement, et préviennent toutes dérives.

Les clubs territoriaux sont indispensables à double titre et justifie l’investissement :

  • Ils incarnent la réalité Beehelp au cœur des territoires et deviennent ainsi source de légitimité indiscutable.
  • La relation de proximité avec les salariés membres de la communauté est nécessaire afin de s’inscrire pleinement dans une logique de solidarité, valeur fondamentale de Beehelp.

 

LA CONCURRENCE

 

LA POLITIQUE COMMERCIALE

 

Beehelp GRANDS Groupes-ETI:

 

  • Objectifs : 1 grand groupe par an
  • Ressource Humaine dédiée : CEO

 

Beehelp ETI :

2021-2022

  • Objectif exclusif global : 92 ETI  signées
  • Ressources Humaines : 3 commerciaux grands comptes
  • Objectifs individuels : constitution de leur portefeuille de clients, 46 ETI signées par commerciaux

2021-2022- 2023

  • Objectifs globaux : entre 60 et 45 ETI  signées par an, 100 % de fidélisation pour les ETI déjà recrutées
  • Ressources Humaines : 2 commerciaux grands comptes recrutés  par an
  • Objectifs individuels commerciaux :
    • Nouveaux commerciaux : constitution de leur portefeuille de clients, 30 et 45 ETI recrutées par an
    • Commerciaux recrutés les années précédentes : entre 5 et 15 nouvelles ETI- fidélisation de leur portefeuille de clients

Beehelp Challenges

2021- 2025

  • Objectifs globaux : développement exponentiel 273 en 2022; 16 000 en 2025
  • Moyens humains dédiés : activité essentiellement web, 1 manager Challenges recruté par an + Commerciaux ETI/Grands Groupes dont la commercialisation des challenges fait partie intégrante de leurs missions

Clubs territoriaux

2021- 2025

  • Objectifs globaux : 100 à 120 nouveaux clubs par an
  • Ressources humaines dédiées :  2 animateurs-contrôleurs recrutés par an
  • Objectifs individuels :
    • Nouveaux animateurs contrôleurs : susciter la création de 50 nouveaux clubs par an
    • Animateurs recruteurs recrutés l’années précédente : nouvelles créations marginales mais 100 % de pérennité des clubs existants

Dons :

  • Objectifs : 8 k € en 2021 – 125 k€ en 2025
model

Données financières

LE DEVELOPPEMENT DU CHIFFRE D’AFFAIRES


Sur une base 100 (graphique ci-dessus), le développement du CA de Beehelp apparait exponentiel par rapport à celui de la communauté. Il s’agit là de l’effet des 3 cercles vertueux, entraînant des effets multiplicateurs de revenus. L’efficacité de l’exploitation de la communauté est ainsi croissante au fil des mois ; les revenus engendrés nourrissant la communauté, qui elle-même nourrit plus que proportionnellement la génération de nouveaux revenus.

Si Beehelp ETI/Grands Groupes constitue l’essentiel des revenus la première année, en proportion son importance décroît au fil des ans au bénéfice de Beehelp Challenges et des clubs territoriaux.  Certes en 2025, Beehelp ETI/Grands Groupes compte encore pour 54% des revenus, mais il s’agit aussi des effets logiques de solidarité interentreprises : c’est grâce à ces revenus que Beehelp peut financer sa présence territoriale ainsi que l’accès gratuit à la communauté des professionnels : tout ceci au bénéfice des PME/TPE au sein des territoires

.

L’EXPLOITATION PREVISIONNELLE

 

  • Le CA prévisionnel croît de façon exponentielle sur la période, passant de 310k€ à plus de 8,6 millions €. Il s’agit là de l’essence même du modèle Beehelp fondé sur un triple cercle vertueux engendrant des facteurs multiplicateurs de revenus.
  • La valeur ajoutée  reste forte sur la période même si elle décroît passant 83% à 64 %. Elle caractérise tout de même une entreprises de haute technologie. La relative décroissance est essentiellement dûe à la politique d’incentives abondée à hauteur de 50% du bénéfice de l ’année précédente.
  • Fruit d’un recrutement ambitieux, les charges de personnels croissent, elles aussi, fortement sur la période, la masse salariale atteignant plus de 1,3 millions d’euros en 2025. Pourtant, résultante des process informatisés, cette croissance est moins que proportionnelle à celle du CA. La part de l’EBE progresse ainsi significativement.

  • Il est à noter l’explosion des charges financières en 2025 : il s’agit-là du modèle de remboursement WeDoGood. Tant que l’entreprise n’a pas remboursée la totalité des montants investis (en l’espèce 400 k€), lesdits remboursements sont comptabilisés comme du principal. Une fois ceux-ci intégralement remboursés le surplus passe en intérêts. En ce qui concerne la levée de fonds Beehelp cette mutation s’opérera en 2024 et sera pleinement effective en 2025, d’où ladite explosion.

  • En définitive, si Beehelp sera déficitaire sur le premier exercice, la tendance s’inversera en 2022, pour atteindre 1 700 k€ en 2025.  Il s’agit là d’un modèle de croissance rapide, typique des start-up. 

 

LE FINANCEMENT PREVISIONNEL

Le financement initial de l’activité est structuré selon une levée de fonds en royalties de 400 k€ en 2021 et une levée de fonds de 300 k€ en equities en 2022. Ce choix relève d’une stratégie financière claire : en début d’activité les royalties sont préférables, car les frilosités des fonds rendent improbables les chances de réussite. Et même en cas de succès, à ce stade les conditions seraient défavorables. L’appel à la communauté relationnelle est donc pertinent car pour elle le modèle est rentable, plus simple et moins risqué que d’autres modes de financement.

En revanche en 2022, la communauté aura émergé, Beehelp sera donc devenu plus attrayante pour les professionnels de l’investissement. Le rapport de force s’inverse et les conditions d’entrée seront donc plus favorables pour la start-up. L’equities est donc privilégié à ce stade aux royalties …onéreuses si on en multiplie les plans.

La trésorerie connaitra ainsi une croissance exponentielle passant de 18  k€ à plus de 2,6 millions sur 5 ans. L’absence d’investissement majeur, du fait du développement des solutions en interne permet ainsi des gains substantiels couvrant les plus gros postes de dépenses. Il s’agit des remboursements WeDoGood en capital ainsi que l’accroissement du BFR dont la dynamique est essentiellement le fruit des créances clients portées par l’accroissement du CA.

 

L’INVESTISSEMENT EN ROYALTIES

Durée de l’investissement : 5 ans
Pourcentage de chiffre d’affaires versé chaque trimestre : 4% maximum (pour 400 000 € levés)
Rentabilité visée : 188 % bruts en 5 ans (risque de perte intégrale de l’investissement, gain maximum : x 3)
Risque : … (évalué par les internautes lors de la phase d’évaluation à venir)

Nous avons déjà réuni 101 500 euros, dont 1 500 euros d’apports personnels de l’équipe et 100 000 euros en subvention.

Sur le premiers mois  d’activité, nous avons déjà réalisé un contrat avec Néopolia, cluster regroupant 230 entreprises industrielles (dont sous-traitants rang 1 Airbus et Chantiers de l’Atlantique).

 

VOTRE INVESTISSEMENT

En investissant, vous souscrivez auprès de Beehelp à une redevance sur le chiffre d’affaires de l’entreprise, proportionnelle à votre investissement. Le total des investisseurs recevra 4% du CA réalisé chaque année pour une levée de fonds de 400 k€.

Si Beehelp réalise son prévisionnel, le rendement pour chaque investisseur sera de 188 % brut en 5 ans.

Que se passe-t-il si le prévisionnel n’est pas atteint ?

Au cas où le prévisionnel ne serait pas atteint au bout de 5 ans et l’activité continuerait, Beehelp continuera à verser les royalties jusqu’à remboursement total de la somme investie.

A partir de quand commencent les versements ?

La Redevance est cédée sur une durée de 5 ans à compter du 01/04/2021 et sera versée aux investisseurs chaque début de trimestre.

Tableau prévisionnel des versements :

Dates de versement Rémunération estimée sur les revenus de :
15/07/2021
15/10/2021
15/01/2022
15/04/2022
15/07/2022
15/10/2022
15/01/2023
15/04/2023
15/07/2023
15/10/2023
15/01/2024
15/04/2024
15/07/2024
15/10/2024
15/01/2025
15/04/2025
15/07/2025
15/10/2025
15/01/2026
15/04/2026
Avril, mai, juin 2021
Juillet, août, septembre 2021
Octobre, novembre, décembre 2021
Janvier, février, mars 2022
Avril, mai, juin 2022
Juillet, août, septembre 2022
Octobre, novembre, décembre 2022
Janvier, février, mars 2023
Avril, mai, juin 2023
Juillet, août, septembre 2023
Octobre, novembre, décembre 2023
Janvier, février, mars 2024
Avril, mai, juin 2024
Juillet, août, septembre 2024
Octobre, novembre, décembre 2024
Janvier, février, mars 2025
Avril, mai, juin 2025
Juillet, août, septembre 2025
Octobre, novembre, décembre 2025
Janvier, février, mars 2026


FACTEURS DE RISQUE

Attention : ces chiffres se basent sur une estimation de notre chiffre d’affaires. A vous d’évaluer le prévisionnel et la stratégie pour estimer si vous pouvez espérer gagner plus ou moins que le rendement annuel annoncé. N’hésitez pas à nous contacter. Votre risque maximum est la perte intégrale de votre investissement, et vous retrouvez au mieux le triple de votre investissement.

Principaux facteurs de risque liés à l’activité et au projet :

  • Répercussion crise sanitaire rendant les clients plus « frileux », mais du fait de sa dimension dématérialisée, BeeHelp est précisément un outil de télétravail particulièrement efficace en cas de pandémie 
  • Bug informatique : une équipe de 4 développeurs est à disposition 24 h /24 afin de résoudre tous les risques 
  • Risque homme clé Jean-Jacques Vivier : une assurance spécifique sera souscrite afin de limiter ce risque 
  • Risque lié à la situation financière de la société : Actuellement, avant la réalisation de la levée de fonds de la présente offre, la société dispose, d’un fonds de roulement net suffisant pour faire face à ses obligations et à ses besoins de trésorerie pour les 3 prochains mois. Sources de financement à l’étude en lien avec le projet présenté pour les 6 mois ultérieurs :  dette financière auprès d’un établissement de crédit 

N.B. : avec le temps, de nouveaux risques pourront apparaître et ceux présentés pourront évoluer.

Pour recevoir notre business plan détaillé, contactez-nous à l’adresse jeanjacques@beehelp.fr

team

Équipe

 

L’EQUIPE

L’idée est survenue lors d’un voyage aux Etats Unis réalisé par Jean-Jacques Vivier et son fils Alexis. Ils ont constaté la puissance de la disruption des nouvelles technologies sur les organisations, les modes de travail et les entreprises. A leur retour, ils ont souhaité s’investir avec 3 amis d’Alexis, tous informaticiens, dans un projet radicalement nouveau. Osmose, entre une conception plus européenne de la solidarité,  l’expérience d’entrepreneur et les NTIC. Beehelp était né.  



LE DEVELOPPEMENT DE L’EQUIPE 

.

/ Actualités /

Aucune actualité pour le moment.

/ Commentaires /

Vous devez être connecté(e) pour lire et poster des commentaires.

Inscription Connexion
En poursuivant votre navigation sur WE DO GOOD.co, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur (en savoir plus).